Qu’est-ce qui a bien pu pousser le Canadien de Montréal à échanger PK Subban, un joueur de hockey dont personne ne conteste le talent et qui de surcroit est le philanthrope le plus généreux de son pays? Certains prétendent qu’il y avait des tensions entre le défenseur et ses coéquipiers. Mais, après son départ, ces derniers ont nié en bloc de telles allégations. Toutes les hypothèses sont bonnes. Pourtant, celle qui est la plus ignorée, est inscrite en caractères gras sur un des murs du Montreal Children’s Hospital.

En 2010-2011, à sa première saison avec l’équipe, PK Subban s’était classé au 6e rang des pointeurs du Canadien de Montréal. En 2012-2013, il a terminé au deuxième rang, un point derrière Max Paccioretty. C’est cette année-là qu’il avait remporté le trophée Norris remis au meilleur défenseur de la Ligue. Les années suivantes, il a terminé au deuxième et au troisième rang. À sa dernière saison, en 2015-2016, avant sa blessure, il était le premier pointeur de son équipe.

Même si son entraîneur le tenait responsable de nombreux revirements qui auraient fait perdre des parties, Michel Therrien faisait jouer son défenseur plus de 27 minutes par match. Les autres joueurs de l’équipe joueaient en moyenne 14 minutes par match. Il va sans dire, que l’entraineur ne pouvait nier qu’il augmentait ainsi les possibilités d’erreurs commises par son défenseur. Il est permis de croire que si Michel Therrien avait donné au tant de temps de glace à PK Subban, c’est parce que les chances qu’il fasse gagner l’équipe étaient plus élevées que les probabilités de la faire perdre.

PK Subban avait offert au Canadien de Montréal, une présence sociale de très grande qualité. Pas de drames, pas de scandales, pas de cancans, que du positif. Seule surprise, le 16 septembre 2016, un an après avoir signé le plus gros contrat de l’histoire de l’équipe, il a promis d’amasser 10 millions de dollars pour le Montreal Children’s Hospital. En retour, l’hôpital lui a offert un siège au Conseil d’administration de sa fondation et a donné son nom à l’atrium situé au cœur de son nouvel édifice.

Même si tous les médias du pays étaient présents, ce jour-là, aucun représentant du Canadien de Montréal n’avait fait le déplacement ou n’avait été invité. C’est ce jour-là que s’est écrit le générique de la fin.

Après ce geste spectaculaire, du jour au lendemain, avant même d’avoir versé un seul sou, PK Subban a été reconnu comme l’athlète le plus généreux de l’histoire du Canada. Pourtant, sa promesse de don est loin d’être uniquement un geste de pure générosité. Oh non! C’est beaucoup plus compliqué que ça.

En 2016, comme c’est le cas depuis des décennies, oui… des décennies, le Canadien de Montréal a invité ses joueurs à aller souhaiter de Joyeuses fêtes à des enfants malades du Montreal Children’s Hospital.

Si PK Subban n’avait pas été échangé, s’il portait encore le chandail du Canadien, à quel titre se serait-il présenté à son hôpital, dans son atrium pour visiter ses enfants malades? Contorsion, embarras… Gros malaise!

Les visites des joueurs du Canadien de Montréal et les dons faits à l’hôpital par la Fondation du club de hockey Canadien pour l’enfance ne sont pas strictement humanitaires. Loin de là! Autrement, le tout se déroulerait loin des caméras. Ces activités font partie du programme de responsabilité sociale de l’entreprise. Elles permettent au Canadien de Montréal d’augmenter la portée de sa réputation et de donner, par la citoyenneté corporative exemplaire, de la valeur à sa marque de commerce.

Les 10 millions de dollars de PK Subban ne sont pas désintéressés. Oh non! Si c’était le cas, il se serait associé à la Fondation du club de hockey Canadien pour l’enfance et le tout se serait fait dans la plus grande discrétion. Au contraire!

PK Subban ne rate jamais l’occasion de dire qu’il est un joueur de hockey noir, un philanthrope et un homme d’affaires. Le 16 septembre 2016, ce sont les trois facettes de ce personnage qui se sont présentées devant les caméras et les micros avec un seul objectif : Prendre d’assaut le Montreal Children’s Hospital pour y implanter le programme de responsabilité sociale de l’homme d’affaires.

L’homme d’affaires est le propriétaire de PKSS Managment qui vend la notoriété du joueur de hockey. Plus le joueur sera perçu comme un philanthrope d’exception, plus fortes seront les probabilités d’augmenter les ventes de complets griffés «PK Subban» chez RW&CO. C’est certainement le philanthrope qui a aidé l’homme d’affaires à dénicher et à négocier pour le joueur, des contrats de publicité pour Boston Pizza, Gatorade et Bridgestone. Comme par hasard, toutes ces entreprises ont une bannière au Centre Bell.

Pour continuer à piger dans le bol à bonbons de son employeur, pour les fêtes de Noël de 2015, PK Subban avait organisé une méga-party pour les enfants du Children. Son Winter Wonderland Surprise était commandité par Air Canada, un des principaux partenaires commerciaux du Canadien de Montréal. Une fois de plus, l’équipe n’était pas associée à l’évènement. L’irréparable était commis.

Heureusement pour PK Subban… Oui, heureusement pour lui, il a été échangé et il a eu l’opportunité de repenser sa stratégie d’affaires.

En décembre 2016, le nouveau joueur des Predators de Nashville, pour le Temps des Fêtes, s’est présenté en calèche à une clinique spécialisée pour emmener des enfants atteints d’anémie falciforme faire le tour de la ville. Leur ballade s’est terminée dans le magasin officiel des Predators. PK Subban et son coéquipier Roman Josi ont couvert les enfants de cadeaux de Noël aux couleurs de leur équipe.

Et oui! Entre le Winter Wonderland Surprise et la balade en calèche, Quelque chose avait changé. PK Subban venait de démontrer qu’il avait compris pourquoi il avait été échangé.

De la manière dont il conduit ses affaires à Nashville, il semble évident que PK Subban a compris que les athlètes dans les sports d’équipe qui veulent partir en affaires doivent négocier des ententes avec leur club. PK Subban a finalement compris que son talent, son image et les retombées de son implication sociale, des actifs monnayables, sont la propriété de son équipe.

PK Subban a été chassé de Montréal parce que le 16 septembre, il s’était lancé à la conquête d’un territoire occupé. C’est avec éclat et tapage publicitaire que le conquistador a colonisé le Montreal Children’s Hospital, une chasse-gardée de son employeur. PK Subban a été échangé parce qu’il a envahi le Children pour en faire son hôpital, sa cause et son territoire.

Le 1er mars 2017, pour confirmer qu’il est encore l’unique maître des lieux, c’est en conquérant que PK Subban a fait déplacer le Gouverneur général de son pays pour venir le couronner dans son atrium, là où sur un des murs, pour symbolyser la conquête du royaume, comme une armoirie, est inscrit en caractères gras, le nom du triomphateur… PK Subban.

 

FRÉDÉRIC BOISROND, MBA

P.S : L’auteur est Consultant en Stratégie d’affaires et enseigne cette matière à l’Université McGill. Néanmoins, même s’il vous parait crédible, il vous est largement permis de douter de son objectivité. Depuis, l’été 2016, on ne sait pas trop pourquoi, il est devenu un fan des Predators de Nashville.  

Cliquez ici pour lire le texte publié cet été : PK SUBBAN LANCE ET COMPTE