Laval, le 24 mai 2021

Monsieur Michel Rousseau
Président du conseil d’administration
Chambre de commerce et de l’industrie de Laval
1455, rue Michelin
Laval (Québec) H7L 4S2

Objet : La présence de Ban Ki-moon à l’évènement Évolution (Lettre ouverte).

Monsieur le Président,

J’ai pris connaissance de la programmation de l’évènement Évolution, cette conférence virtuelle qui aura lieu du 7 au 9 juin 2021 et j’ai noté que Ban Ki-moon y prendra la parole le 7 juin à 9h00.

Monsieur le Président, sachez que la participation de l’Ex-secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies à votre événement représente un risque réputationnel pour toutes les personnes associées de près ou de loin à la Chambre de commerce et d’industrie de Laval. Je vous demande de ne pas offrir ce prestigieux forum à Ban Ki-moon, un personnage contesté qui a été identifié comme étant personnellement responsable de la crise du choléra qui a fait plus de 30 000 morts en Haïti.

En octobre 2010, quelques mois après le tremblement de terre du 12 janvier de la même année, la plus importante épidémie de choléra des cents dernières années a été déclarée en Haïti. Les enquêtes menées sur le terrain, dont celle de l’épidémiologue français, le Dr Renaud Piarroux, avaient confirmé que la souche de la maladie avait été importée par des Casque bleus népalais qui étaient sous commandement de l’ONU.

Les Casques bleus avaient déversé leurs matières fécales dans le fleuve de l’Artibonite qui est la plus importante source d’eau du pays. Plus de 800 000 cas avaient été recensés faisant près de 10 000 morts. Notez que le US Centers for Disease and prevention avait estimé que 87% des décès n’aurait pas été enregistré. Le CDC a estimé que le nombre de victimes devrait plutôt se situer autour de 30 000 personnes. L’impact effroyable de ce désastre sur le tissu social, particulièrement sur les femmes et les fillettes, a été largement documenté dans les résultats d’une enquête publiée par Avocats sans frontières Canada le 17 juin 2019.

Le journal américain The Atlantic avait rapporté le 16 août 2013 que sur la base de données scientifiques, le Transnational Development Clinic du Yale Law School et le Global Health Justice Partnership, avaient démontré que l’ONU était responsable de la propagation du choléra en Haïti et avait aussi dit que le refus de l’organisation d’admettre ses responsabilités était immoral, illégal et relevait de la négligence, une négligence ayant causé la mort.

Ce qui est moins connu c’est que le choléra avait fait plus de morts que l’épidémie de Ébola de 2013-2014 en Afrique. De plus, elle avait aussi fait des victimes en République dominicaine, à Cuba, à Porto-Rico, en Jamaïque, au Mexique et dans la communauté haïtienne de la ville de New-York, ce qui en avait fait une pandémie Monsieur le Président, une pandémie.

Plusieurs négligences ont été relevées :

Première négligence. Dans le cas Marie Laventure et All contre l’ONU et Ban Ki-moon, déposé le 11 mars 2014 devant le US District Court, Eastern District Court of New York au nom de plusieurs centaines de victimes, il avait été démontré que les Casques bleus népalais n’avaient pas été convenablement testés par les autorités de l’ONU avant d’être transportés en Haïti.

Deuxième négligence. Les installations sanitaires approuvées et utilisées par les Casques bleus ne respectaient pas les normes minimales d’hygiène. Elles avaient malheureusement contaminé une source où est puisée l’eau potable qui sert à irriguer des jardins et des terres agricoles.

Troisième négligence. Dans le cas Marie Laventure et All, les Avocats avaient démontré que l’ONU n’avait pas pris les moyens pour empêcher la propagation du choléra. Au contraire, quand la situation a été portée à l’attention de Ban Ki-moon, moins soucieux de réduire le nombre de victimes, l’Ex-secrétaire général de l’ONU avait multiplié les enquêtes, les salamalecs, les réunions et les commissions. C’est justement une de ces commissions qui avait révélé, Monsieur le Président, la responsabilité personnelle de votre invité dans cette catastrophe apocalyptique.

En mars 2016, Ban Ki-moon avait mandaté un comité de 5 experts de l’ONU pour enquêter sur la crise du choléra en Haïti. À sa grande surprise, le comité avait conclu que par la manière dont il avait géré cette crise, Ban Ki-moon avait jeté de la disgrâce sur leur organisation. Parce qu’il avait rejeté toute responsabilité dans cette crise, les experts avaient précisé que Ban Ki-moon avait contribué à ternir la réputation de l’ONU. Les experts avaient aussi confirmé que Ban Ki-moon avait tout fait pour cacher les évènements, ce qui avait contribué à accélérer la propagation de la maladie. Sa pauvre gestion de la crise avait enlevé de la crédibilité à l’institution qui contrairement à sa mission de sauver des vies, avait semé la mort sans remords.

Les experts avaient confirmé les résultats des recherches du Dr René Piarroux sur l’origine du choléra. Ils avaient ajouté que la non-reconnaissance des faits par Ban Ki-moon avait privé des milliers d’Haïtiennes et d’Haïtiens de leurs droits fondamentaux. Plus dommageable encore pour la réputation de votre invité, ces mêmes experts de l’ONU qui relevaient de Ban Ki-moon lui-même, avaient ajouté que celui-ci s’était caché derrière les règles d’immunité de l’ONU pour ne pas assumer ses responsabilités. Ils lui ont reproché son manque d’éthique et son insouciance avant de lui rappeler de ne pas confondre immunité et impunité.

Beatrice Lindstrom, Avocate pour le Institute for Justice & Democracy in Haiti disait que le rapport des experts mentionnait que l’intransigeance de Ban Ki-moon avait fini par contaminer l’État-major de son organisation. Ban Ki-moon avait poussé toute son équipe à tomber dans le déni et la perte de toute conscience morale face à la situation en Haïti. Puisqu’il lui était impossible de trouver des prétextes pour sortir de l’imbroglio, Ban Ki-moon, avait dit « qu’il était plus important de soigner les malades que de trouver des responsables ». Qui étaient ces responsables ?

Pointé du doigt de toutes parts, plus de 6 ans après les évènements, Ban Ki-moon avait finalement admis que l’organisation qu’il dirigeait était directement responsable de la contamination qui aurait fait plus de 30 000 morts. Il avait présenté des excuses aux Haïtiens le 1er décembre 2016. Il avait dit « nous n’avons tout simplement pas fait assez concernant l’épidémie de choléra et sa propagation. Nous sommes profondément désolés pour notre rôle ». Qui n’avait pas fait assez ? Assez de quoi ?

Ban Ki-moon disait que l’ONU avait une responsabilité morale envers les victimes. Mais, un des experts avait confirmé que le Secrétaire général de l’ONU, aussi, avait cette même responsabilité. Cet expert, c’est Philip Alston, Professeur de droit au New York University et Reporteur spécial de l’ONU.

Philip Alston avait ouvertement reproché à votre invité d’avoir tardé à présenter ce qu’il qualifie de demi-excuses et cela, sans admettre ses responsabilités dans la catastrophe. Il avait qualifié la posture de Ban Ki-moon de manœuvre scandaleuse pour s’esquiver de ses responsabilités légales. Philip Alston avait dit que Ban Ki-moon n’avait pas agi à temps pour éviter l’épidémie et qu’il n’avait pas fait ce qu’il fallait à temps pour éviter la propagation du virus.

Mona Ali Khalil, Directrice du MAK Law International qui a passé plus de 25 ans au service de l’ONU avait écrit que dans la crise du choléra en Haïti, le Secrétaire général de l’ONU avait manqué à ses responsabilités morales et légales. Dans une entrevue accordée à France 24, Philippe Alston avait comparé cette crise au scandale du Watergate. Il faisait référence au Cover-up. Pour le magazine Slate, ce camouflage avait été sciemment décidé en haut lieu.

Monsieur le Président, savez-vous que plusieurs organisations de défense des droits mènent présentement des actions pour amener Ban Ki-moon et l’ONU devant la justice ? Entre autres, lors d’une visio-conférence à laquelle j’ai assisté en juin 2019, Mme Sienna Merope, Avocate au Institute for Justice & Democracy in Haiti, avait confirmé que son organisation maintenait la pression pour obtenir justice et compensation pour les familles des victimes du choléra.

Pour ma part, le 6 janvier 2017, j’ai fait parvenir une lettre à M. Antonio Guterres pour lui demander de lever l’immunité de Ban Ki-moon. J’ai rappelé à l’actuel Secrétaire général de l’ONU que dans les documents issus de la 59e session des Nations-Unies, il est inscrit que ses employés sont protégés par la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies. Cependant, cette règle prévoit que le Secrétaire général peut lever l’immunité s’il estime que son maintien empêcherait que justice soit faite. L’ONU confirme ainsi qu’il ne faut jamais confondre immunité et impunité.

À partir de ce principe, j’ai démontré à M. Guterres que :

–        Ban Ki-moon avait volontairement fermé les yeux et omis d’accomplir son devoir.

–        Le comportement de Ban Ki-moon n’était pas celui d’un citoyen raisonnable, voire d’un citoyen qui occupait la fonction de Secrétaire général de l’ONU.

Je voulais surtout dire à M. Guterres que je ne cesserai jamais de soulever la question de la négligence criminelle de Ban Ki-moon tant que justice ne sera pas rendue. Je l’ai invité à ne pas confondre immunité et imputabilité.

C’est pour toutes ces raisons que je vous invite à ne pas donner la parole à Ban Ki-moon. Ce personnage au parcours ténébreux, n’a pas la légitimité pour venir faire la leçon aux décideurs de notre ville. Sa participation à votre évènement ne fera qu’entacher la réputation de la Chambre de commerce et d’industrie de Laval, des autres conférenciers, conférencières ainsi que celle de vos commanditaires et de notre ville.

Maintenant, puisque vous savez qui est Ban Ki-moon, vous conviendrez avec moi que nous méritons mieux que ça. Beaucoup mieux que ça. De grâce, Monsieur le Président, épargnez les Lavaloises et les Lavalois de cette disgrâce.

Je vous prie, Monsieur le Président, de recevoir mes respectueuses salutations.

Frédéric Boisrond, Sociologue
Résident de Laval

________________________________

C.C. Monsieur Benoît Charrette, Ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
Monsieur Marc Demers, Maire de Laval
M. Stéphane Boyer, Maire suppléant
M. Michel Poissant, Conseiller municipal du District de Vimont
Mme Jocelyne Frédéric, Conseillère municipale du District d’Auteuil
Mme Sophie Brochu, Directrice générale, Hydro-Québec
Marc Bédard, Lion Électrique
Caroline De Guire, PDG de la Chambre de commerce et d’industrie de Laval